Journal Farandole

Élection de la nouvelle Reine

Un protocole immuable et rigoureux

ARLES -

Tradition

Tout le monde sait qu’il y a une Reine à Arles. Ce que l’on connait moins, ce sont les origines de cette élection et la procédure pour y prétendre.

La première Reine fut élue en 1930, en l’honneur des 100 ans de la naissance de Frédéric Mistral, chantre de la culture provençale et fondateur du Félibrige.

Les candidates au titre doivent avoir entre 18 et 24 ans et satisfaire plusieurs critères : parler provençal, connaître parfaitement les us et coutumes de la ville, savoir s’habiller et se coiffer seule, être née dans le Pays d’Arles et savoir monter à cheval.

En effet, la reine d’Arles est la représentante officielle de la culture, de la langue et des traditions du pays d’Arles. Présente en tenue traditionnelle, elle doit ainsi « assurer une magnifique représentation du costume » lors des principaux événements culturels associés à la ville.

Les candidates sont par la suite interrogées par un jury bienveillant de 7 personnalités culturelles du pays d’Arles (car l’étoile du Félibrige possède 7 branches) sélectionné par la Présidente du Comité. Il évalue leurs connaissances au travers d’épreuves écrites et d’entretiens, lors des pré-sélections des 28 et 29 mars à l’hôtel Arlaten..

Il apprécie également leur participation aux Mireito – cérémonie qui permet aux jeunes filles de 8/10 ans de quitter le bonnet pour prendre la coiffe de Mireille – ainsi qu’au Fèsto Vierginenco où les jeunes femmes de 15 ans quittent leur coiffe de Mireille pour prendre le ruban. Il leur est également demandé une lettre de motivation ainsi qu’une dizaine de photos de leur plus jeune âge jusqu’à aujourd’hui afin de pouvoir évaluer leur degré d’implication.

Le nom de la candidate choisie est dévoilé le 1er mai, lors de la Fête des Gardians mais la Reine n’est intronisée officiellement qu’en juillet lors de la Fête du Costume.

Elue pour 3 ans, elle est secondée par des demoiselles d’honneur, choisies parmi les autres candidates à l’élection.

Un challenge ardu pour ces jeunes femmes mais également un bel accélérateur de vie fait de rencontres inédites et de découvertes de lieux exceptionnels.

Dossiers à faire parvenir à Festiv’Arles avant le 30 décembre à 16h

Ils font vivre le territoire

Sonn’Arles

Les sonnailles, vous connaissez ? Ce sont ces gros colliers équipés d’une cloche dont on pare les animaux (brebis, taureaux de Camargue, vaches domestiques et...

Tradition

Raphèle les Arles