Journal Farandole

De Bernard Buffet à Pierre Bergé, hommage à deux figures de l’art

SAINT RÉMY DE PROVENCE - au musée Estrine

Culture et patrimoine

D’un côté un artiste peintre, de l’autre un collectionneur mécène. De cette rencontre est née la nouvelle exposition phare du Musée Estrine autour de “Bernard Buffet. La Collection Pierre Bergé”. Une collection visible en parallèle à l’exposition permanente “Gleizes etc. ou l’influence du cubisme sur la peinture des XXème et XXIème siècles

 

Pierre Bergé, collectionneur et mécène

Installé à Saint-Rémy de Provence depuis de nombreuses années, Pierre Bergé, disparu en septembre 2017, a toujours été un ami et un grand mécène du Musée Estrine. Il était fortement attaché à cette ville dans laquelle il séjournait très souvent, il était surtout un des plus grands collectionneurs de notre époque. Un personnage engagé, généreux et qui a longtemps soutenu l’œuvre de Bernard Buffet. Un artiste dont il disait “qu’il avait sa place aux côtés des plus grands artistes du XXème siècle”. Selon Elisa Farran, la directrice du musée, “le mécénat de Pierre Bergé avait pour seule ambition la défense des arts et de la culture”.

Avec cette nouvelle exposition, le musée lui rend hommage et célèbre sa collection de peintures de Bernard Buffet, avec qui Pierre Bergé a partagé sa vie de 1950 à 1958 alors que le peintre est déjà célèbre. Des tableaux d’une vie commune, des moments de la vie quotidienne. Des années fondamentales pour Buffet dont le style qui n’appartient qu’à lui s’affirme et bouleverse les codes de la figuration française. Dessinateur né, Bernard Buffet poursuivra sa formation à l’Ecole des beaux-arts. Cet enseignement traditionnel s’ajoutera à sa connaissance approfondie des grands artistes du passé. Une formation à la fois classique et moderne.

 

Une collection témoin du lien entre l’artiste et le mécène

Cette donation au Musée de vingt-trois tableaux, donation finalisée par le mari de Pierre Bergé, Madison Cox, présent d’ailleurs lors du vernissage, offre un raccourci éloquent de ce que fut l’évolution de l’art de Buffet, de la fin des années 1940 à la fin des années 1950. On y voit s’affirmer le trait si caractéristique de son œuvre, noir, incisif, impitoyable qui cerne les formes.

Une palette sombre représentative de cette période aux accents mélancoliques. “Les poulets” en 1948, œuvre majeure de l’artiste, “L’atelier” en 1956 ou encore “Pierre Bergé” 1950 et “Autoportrait sur fond noir” de 1956, ces tableaux évoquent tous les genres que Buffet aborde à cette époque, du portrait “reconnaissable avec ses personnages émaciés” au paysage “Buffet, le poète des ciels gris” en passant par la nature morte “une recherche de l’épure”, les chambres et ateliers “où les modèles grelottent de froid” et les nus “une stylisation très personnelle”. Pour la majorité d’entre eux, ces tableaux ont été donnés par l’artiste à son compagnon de l’époque. Le nom est d’ailleurs inscrit au dos des œuvres. “Outre leur valeur artistique, ces tableaux avaient avant tout une connotation sentimentale et traduisent une véritable complicité entre les deux hommes”. Quelques uns ont figuré dans la grande rétrospective Bernard Buffet organisée par le musée d’Art moderne de Paris en 2016.

Mais c’est la première fois qu’elles sont révélées au public avec une telle ampleur. Une collection très particulière d’une “peinture du dénuement, du désenchantement” pour une exposition magnifique dans un écrin non moins magnifique, le musée Estrine.

Du 14 avril au 23 septembre 2018

Musée Estrine à Saint Rémy de Provence est ouvert tous les jours sauf le lundi – Mercredi journée continue.

Avril, Mai de 10h à 12h et de 14h à 18h / Juin et septembre de 10h à 18h / Juillet et août de 10h à 18h30

Tél. 04 90 92 34 72 – www.musee-estrine.fr

Evénements « Culture et patrimoine »

Ils font vivre le territoire