Journal Farandole

Transcender la lumière de Jean-Claude Quilici

Du 17/02/2020 au 24/05/2020, de 10:00 à 18:30

GRAVESON - au Musée Auguste Chabaud

Tout public Manifestation en intérieur Accès PMR

Culture et patrimoine

Le Musée Auguste Chabaud rendra hommage à un des derniers grands paysagistes de l’Ecole Provençale, Jean Claude Quilici,  artiste natif de Marseille et de parents corses, autour d’une rétrospective révélant sa vision du paysage Méditerranéen tourné vers les Alpilles et quelquefois la Montagnette de Graveson mais également vers des contrées plus lointaines comme la Grèce, l’Espagne, le Maroc ou encore l’Amérique du Sud.

 

Au fil des jours et des années, la contemplation de la lumière deviendra le fils conducteur de la quête de l’artiste avec une étude approfondi des variations lumineuses des sites auxquels il va se consacrer.

La Grèce sera le point culminant de cette virtuosité lumineuse et de cette quête des ombres et des lumières transcendés par l’artiste.  On n’a pas oublié son périple dans les îles grecques, la sérénité des blancs et des bleus fondamentaux irradiant sur ses toiles  où le soleil aveugle et où nulle ombre humaine ne vient perturber le silence de ces moments de pure intensité lumineuse.

 

Quelques belles natures mortes et figures tauromachiques viendront également compléter cette présentation, situant l’artiste dans la grande tradition des talentueux peintres provençaux dont il est certainement le dernier représentant.

Ses œuvres de grand format au coloris puissant témoignent de sa filiation avec les peintres fauves et son œuvre de jeunesse, plus austère et plus dépouillée, avec les Provençaux à tendance expressionniste, tels Louis -Mathieu Verdilhan ou Auguste Chabaud.

 

Cette exposition témoignera de son évolution stylistique, allant d’une approche picturale très instinctive dans son œuvre de jeunesse, faite de larges aplats colorés et d’un certain dépouillement, proche de l’abstraction,  vers celles de la maturité, empreintes de couleurs pures et d’une certaine violence chromatique. Un véritable retour à la figuration et à des œuvres plus graphiques avec un réel souci de construction d’approche cézanienne  donne puissance et rigueur à ses œuvres plus tardives.

Ses recherches de ces dernières années, porteront désormais avec plus d’obstination et de réflexion sur la construction et la lumière, deux dominantes imposées par la nature même du paysage provençal.

Une quarantaine d’œuvres , dont la plupart des huiles de  très grand format, ainsi que des aquarelles et des dessins viendront révéler le talent de cet artiste mondialement connu, apprécié au Japon et aux Etats-Unis où il a vécu pendant plusieurs années.

Installé désormais dans sa propriété maussanaise, il continue de peindre la Provence qu’il revêt de ses empreintes colorées, ramenées de ses lointains voyages, et ses bleus d’une rare beauté qui apportent un rayonnement, une poésie  et une grande spiritualité à ses œuvres.

Ils font vivre le territoire