Journal Farandole

Conférence : Le taureau de Camargue dans les fêtes provençales

Le 20/01/2024, à partir de 17:00

MAUSSANE LES ALPILLES - à l'espace Agora

Tout public Gratuit Manifestation en intérieur Accès PMR

Tradition

Par Annelyse Chevalier, organisé par l’association Terres des Baux, d’hier à aujourd’hui.

Parce qu’il ne s’apprivoise pas, parce qu’on ne peut pas l’approcher sans risques, parce qu’on ne peut pas le caresser, le taureau Camargue fascine et intrigue. On le craint, parce qu’on sait bien qu’il peut tuer avec ses deux épées sur la tête, dont il sait très bien se servir, mais en même temps on le respecte et on le vénère. Majestueux, indépendant, puissant, imperturbable, le taureau fait sa vie dans l’environnement qui est le sien, la zone humide, et les hommes vivent autour, l’observent, le suivent, des prés aux arènes… Ce lien unique et viscéral se nomme ici la Fe di Biòu, littéralement, la foi dans le taureau, car dans le Midi, on adopte les traditions taurines.


Dans les fêtes de village, tout l’été, le taureau camarguais est le centre de toutes les réjouissances : dès le matin à ses côtés, aux prés, pour le déjeuner sur l’herbe. On le suit ensuite dans les rues, en abrivado, jusqu’aux arènes. L’après-midi, on se retrouve aux arènes pour le voir affronter les raseteurs. Et le soir, on attend avec impatience la bandido, cette échappée au grand galop qui ne dure que quelques minutes. La nuit venue, on est encore avec lui, aux arènes pour les fameux taureaux-piscine, ou bien dans les rues du village pour les encierro.


En pays, le taureau de Camargue est choyé. Son mode d’élevage extensif lui laisse toute son autonomie, exactement comme il y a des millénaires, quand les troupeaux devaient se déplacer pour chercher de la nourriture. Aux arènes, les cocardiers sont applaudis par le public parfois debout. Ce sont leurs noms sur les affiches qui attirent les connaisseurs. Lorsqu’ils ont fait carrière, et que pour les manadiers ils font partie de la famille, on les laisse mourir de vieillesse, puis selon la coutume camarguaise, on les enterre debout, face à la mer. Tombe, stèle, photo, rappelle que cet animal n’en était finalement pas tout à fait un.
Le summum, c’est quand le cocardier est statufié. De son vivant ou pas, sa statue, généralement grandeur nature, rappellera aux passants qu’ici, le taureau de Camargue est un monument. »

Entrée libre.

à découvrir à proximité

Ils font vivre le territoire