Journal Farandole

Les pionniers

Exposition à la Fondation Manuel Rivera Ortiz

ARLES - Fondation Manuel Rivera-Ortiz

Culture et patrimoine

« Les Pionniers », ce titre à peine prononcé évoque de manière un peu provocante des notions qui semblent d’un autre temps : frontières, colons, occupants, explorateurs, quelque chose de l’ordre de la conquête…
Mais cet été, la Fondation Manuel Rivera-Ortiz, vous invite à faire un pas de côté, à changer de point de vue, à vous poser la question avec eux : s’il n’y a plus de Terra Incognita ni de « grands explorateurs » … qui sont les réels Pionniers aujourd’hui ? Les êtres humains ont parcellisé, surveillé, exploité les espaces terrestres, aériens, maritimes. Exit les Terra Incognita, les cartes sont pleines… il est temps de les rebattre ! Les 6 expositions présentées invitent à questionner nos limites tant physiques que mentales ou spirituelles.
Et la période que nous traversons nous pousse à nous questionner intimement.
L’idée est de donner la voix à des hommes et des femmes assez lucides pour penser en dehors des limites que les sociétés ont globalement établies sur des considérations anthropocentriques, anthropométriques, mécaniques, puis numériques. Au sein des 600 mètres carrés d’espace d’exposition au cœur de la capitale de la Photographie, la fondation souhaite faire entrer en résonance des photographes, vidéastes, designers sonores, des activistes, des individus, des citoyens qui s’engagent pour améliorer nos vies et notre rapport à notre environnement par l’augmentation de notre savoir et l’élargissement de nos univers individuels. Il y a dans le fait de réutiliser le mot pionnier une volonté de mettre en avant une soif de connaissance, plutôt qu’une envie de se rassurer et de reconnaitre le monde tel qu’on le connait.
Dans les expositions à la Fondation MRO, les humains devant ou derrière les caméras, en conscience ou non, sont des pionniers et ouvrent des voies, des idées et, vous donneront envie de trouver les vôtres. Être pionnier n’est-ce pas tenter de se comprendre et d’affirmer sa singularité vis-à-vis d’un groupe, d’un espace, afin de lui en offrir son propre reflet ? Comprendre sa différence pour en faire don et construire un ensemble de singularités conscientes les unes des autres ?

Commissariat général Nicolas Havette

Avec les oeuvres de:

Boris Vian
Wu Cheng-Chang
Mathias Benguigui
Agathe Kalfas
Sylvie Léget
Pablo Ernesto Piovano
Andréa Olga Mantovani

18 rue de la Calade du mardi au samedi de 12h à 19h jusqu’au 5 septembre. Ouverture au public des résidences d’artistes tous les jeudis de 18h à 23h.
Les photos du vernissage sont à découvrir ici.

Evénements « Culture et patrimoine »

Ils font vivre le territoire